LOST IN SUMATRA

Facebooktwittergoogle_plusredditmail

Après quelques mois de réflexion, le choix est fait, l’Indonésie se présente comme une évidence. Pour tout surfeur qui se respecte, l’Indo, c’est le pèlerinage obligatoire. Des vagues parfaites tous les jours, de l’eau turquoise à 28° et une destination abordable pour les budgets un peu serrés. On ne présente plus l’hospitalité des indonésiens qui, malgré l’arrivage massif de touristes tous les ans sur leurs îles, ne varie pas et nous permet de relativiser sur notre mode de vie occidental.

Reste maintenant à déterminer sur quelle île le trip aura lieu. Il faut savoir que l’Indonésie est le plus grand archipel sur terre. Un rapide tour sur WIKIPEDIA nous permet de constater que l’Indonésie est composée de 13 466 îles ce qui laisse l’embarras du choix. Ayant déjà exploré les zones de Java et l’île de Bali, je me tourne donc vers l’île de SUMATRA et la région de KRUI situé au sud-ouest de l’île. L’accès légèrement reculé me fait penser que la zone ne doit pas être surpeuplée et que le tourisme du surf ne doit pas encore être aussi développé que sur Bali.

PAYSAGE DU NORD

Après quelques recherches et témoignages, je réserve le surf camp dans la foulée : le Paradise Surf Camp, on ne peut pas faire plus équivoque. Petit tour sur internet pour réserver les billets d’avion, j’arrive à trouver un aller-retour pour Jakarta pour moins de 500€ et pour le reste je me débrouillerai sur place pour trouver un vol Jakarta – Bandar Lampung (ville la plus proche de Krui à Sumatra, à environ 250 Km). Le trajet de Bandar Lampung à Krui se fera par taxi que je pourrai réserver auprès du surf camp, pour une durée comprise entre 5 et 8h. Ca s’annonce épique!

JENNY'S RIGHT BARREL

Nous y voilà, Hall 1 de l’aéroport Charles de Gaulle prêts à embarquer et gonflés à bloc avec mon pote Simon qui n’a pas été très difficile à convaincre d’embarquer avec moi pour le paradis. En arrivant au Check-In, on apprend que le vol est avancé d’une demi-heure par rapport à l’horaire initial. Aucune information ne nous a été transmise malgré le téléchargement de l’application de la compagnie et la surveillance de ma boite mail. Merci Qatar Airways ! Le petit coup de pression passé, on est finalement plutôt contents d’embarquer plus rapidement que prévu.

Bon à savoir: la compagnie ne facture pas les bagages hors formats ce qui est bien pratique dans notre cas précis.

Egalement, on nous a proposé au check-in si nous désirerions avoir des sièges « extra large », à savoir avec de la place pour les jambes, le tout gratuitement bien entendu. Malgré le petit imprévu au départ, je dois avouer que ce fut un sans-faute pour la compagnie par la suite. SUMATRA THE PEAK WAVE tube body

25H plus tard, nous voici arrivés à Bandar Lampung à Sumatra. On est épuisés après les quelques mésaventures à l’aéroport de Jakarta pour trouver un vol. Comme prévu les 6h de taxi finissent de nous achever, on est en plein ramadan et la route est bondée, c’est pratiquement impossible de dormir tellement la conduite est sportive et on a vraiment la crainte d’avoir un accident toutes les 5 minutes. On arrive presque miraculeusement au surf camp où la fatigue laisse place à l’excitation. Malgré la nuit qui est déjà bien présente on peut déjà entrapercevoir Ujung Bocur, une gauche qui déferle sur 200 mètres en face du camp, le trip peut commencer.

UJUNG BOCUR

  • UJUNG BOCUR:

Après un petit déjeuner à base de banana pancakes en face du spot, on se rend compte du potentiel de la vague. C’est celle qui est la plus fréquentée et on comprend très vite pourquoi. C’est une pointe marquant le commencement d’une grande baie et la houle arrivant de sud-ouest vient s’enrouler parfaitement autour du reef. Le parallèle est très vite trouvé avec sa cousine indonésienne d’Uluwatu.

La vague est constituée de plusieurs sections qui, quand elles connectent, offrent des rides d’une longueur à en donner mal aux cuisses.

La première section est assez creuse et rapide avec de bons tubes bien tendus sur un reef assez proche pour ensuite se transformer en un mur à manœuvre impeccable. La deuxième section est donc parfaite pour venir travailler ses fondamentaux. Le reef devenant plus accessible pour les débutants, il n’est pas étonnant que cette section soit la plus fréquentée. La troisième et dernière section à tendance également à être plus tendue pour se finir dans le channel et ainsi repartir tranquillement au pic. La vague est surfable à tout type de marée même si elle est plus accessible à marée haute. C’est la vague la plus populaire de la région du sud ouest de Sumatra et également la plus exploitée par le tourisme du surf. Des dizaines de warungs et surf camps sont établis en face du spot mais l’endroit reste relativement naturel et l’ambiance est vraiment bonne dans la zone même si vous croiserez certainement deux ou trois « rednecks » australiens.

La zone de surf de Krui au sud ouest de Sumatra est principalement répartie en deux baies :
Krui baie
La première baie, celle où nous avions notre surf camp, a pour vague principale UJUNG BOCUR et VOLCANO REEF un peu plus dans la baie lorsqu’il y a trop de houle. La caractéristique de cette baie est d’être constituée d’un beachbreak tout le long appelé MANDIRI. MANDIRI c’est un peu la GRAVIERE d’Hossegor, des gros tubes qui passent avec des souffles presque à chaque vague. Spot le plus consistant de la région avec UJUNG BOCUR, il marche donc pratiquement toute l’année. Attention cependant, les vagues sont aussi belles qu’elles sont méchantes. En effet, les houles arrivants de l’océan indien sont généralement plus puissantes que ce que l’on peut connaitre en atlantique. MANDIRI BEACHDans les différents surfcamps, on entend régulièrement des histoires d’épaules disloquées et de planches cassées. Cela s’est d’ailleurs vérifié avec mon bodyboard qui s’est cassé en deux littéralement alors que je prenais le bouillon.

Ce n’est clairement pas un spot pour les débutants.

 

  • LEFTOVERS et THE PEAK:

En continuant la route, on arrive sur la seconde baie. Cette partie abrite des spots de bodyboard world class et réservés uniquement aux surfeurs confirmés. Les deux spots principalement surfés sont situés à 100m l’un deux l’autre, LEFTOVERS et THE PEAK. LEFTOVERS est une gauche qui vient se jeter sur un reef à fleur d’eau, la vague est clairement engagée surtout lorsqu’elle prend en taille et il est déconseillé de la surfer à marée basse car les patates de reef sortent littéralement de l’eau. C’est clairement un slab avec un tube court et intense qui offre une vision incroyable. La vague n’est pas difficile en soit une fois le take-off bien négocié, par contre le moindre faux-pas est sanctionné d’un joli tatouage indonésien.

THE PEAK ps

THE PEAK est avec UJUNG BOCUR la vague la plus connue de la région. Les surfcamps sont nombreux à s’être installés devant et le spot est assez fréquenté par moment. La vague est une des plus photogéniques au monde de par sa forme triangulaire si particulière, elle porte vraiment bien son nom. Il n’y a qu’un pic qui se lève, la droite est beaucoup plus surfée que la gauche. C’est encore une fois un barrel très court et intense où on peut apercevoir la dalle de corail au take-off ce qui mets une bonne dose d’adrénaline et qui rend la vague si plaisante. Le cadre est digne d’une carte postale, on est en pleine jungle entouré par les cocotiers avec les montagnes et volcans en arrière-plan. Encore une fois, la vague offre peu de marges d’erreur. Même si l’on peut se permettre de tomber au take-off du fait de la profondeur d’eau, une fois engagé dans le tube, il ne vaut mieux pas se louper. On a pu constater sur place une personne s’étant fracassé le genou sur le reef, il avait littéralement un trou dans la jambe. Il a gagné son retour de Sumatra par rapatriement d’urgence. Une vague à ne pas prendre à la légère mais qui vaut vraiment la peine d’être surfée.

BARREL SURF THE PEAK

  • KRUI LEFT ET KRUI RIGHT:

Un peu plus loin dans la baie, nous avons la ville de KRUI qui abrite deux vagues qui sont plus des spots de repli en cas de grosse houle. KRUI LEFT a des allures de BINGIN, c’est une gauche qui, lorsqu’elle prend en taille, peut offrir deux jolies sections à barrels. Elle est généralement très fréquentée car elle est accessible au plus grand nombre contrairement aux autres vagues citées précédemment. Le take-off n’est pas trop raide, le reef est assez profond et pas extrêmement coupant, et la vague est très fun à rider. De l’autre côté, KRUI RIGHT est comme son nom l’indique une droite qui est sur un récif un peu plus méchant mais qui reste abordable au plus grand nombre. La vague offre un tube rapide qui peut avoir tendance à fermer. De ce côté de Sumatra, les marées ont l’air d’avoir une influence importante sur la qualité de la vague et elle ne marche vraiment qu’à certains moments de la journée, il faut choisir le bon créneau.

  • LES ZONES AU NORD ET AU SUD:

Pour les aventuriers, il y a également quelques vagues à aller chercher un peu plus au Nord à environ 1h de route en voiture ou scooter et qui valent sérieusement le coup. Vous trouverez des vagues comme JENNY’S RIGHT, une droite très longue avec plusieurs sections assez rapides et qui peut offrir des gros tubes bien engagés sur un récif assez proche.
JIMMY'S RIGHT 2
Ensuite il y a JIMMY’S RIGHT et JIMMY’S LEFT, une droite et une gauche comme leurs noms l’indiquent, situées au niveau d’une pointe de reef séparant la vague en deux. Ce sont des vagues comparables à ce que l’on peut trouver au Mentawai, tendues avec des sections à manœuvres et des tubes pour les plus engagés. Aussi la vague la plus puissante de la région, HONEY SMACKS. Une gauche très puissante un peu à la façon de Teahupoo, qui vient de fonds assez profonds et qui vient s’enrouler et s’écraser sur le reef en formant un tube pouvant envoyer des souffles assez monumentaux. Plus au Sud vous trouverez WAY JAMBU, autrement appelé le SUMATRAN PIPELINE, vague la plus engagée de la région qui se passe d’explication tant son appellation parle d’elle-même.
Ces zones au nord et au sud captent extrêmement bien la houle, c’est une valeur sûre en termes de vagues quand toute la zone est flat et le déplacement vaut le détour ne serait-ce que pour la route longeant le littoral dans les montagnes avec une végétation dense et luxuriante qui en dépaysera plus d’un. De plus la zone sud ouest de Sumatra n’est pour le moment absolument pas exploitée par le tourisme et on se retrouve au cœur d’un monde à part où on prend vite conscience que certains locaux n’ont jamais vu de personnes de couleur blanche. Les enfants sautent aussitôt sur nous pour venir nous taper dans la main sous le regard bienveillant de leurs parents. On a l’impression que le temps s’arrête et que tout est au ralenti.
PAYSAGE DU NORD 2

Les deux semaines à Sumatra passent à une vitesse folle avec des sessions mémorables et des rencontres très intéressantes toujours agrémentées de quelques Bintangs. On a pu expérimenter tout type de vagues et nous avons pu surfer quelles que soient les conditions, par petit swell mais également par swell énorme, il y a toujours une option pour surfer avec rarement plus de 10 surfeurs au pic. La zone est vraiment reculée et on a l’impression d’être coupé du monde extérieur et on se dit qu’idéalement, une semaine de plus n’aurait pas été de trop. En revanche il est certain que KRUI n’est pas spécialement adapté pour des surfeurs débutants ou en apprentissage. Le manque de vagues accessibles se fait ressentir, il n’y a guère que KRUI LEFT qui peut sembler optimale pour développer son surf. Cette vague étant la plus peuplée de la région, les sessions deviennent souvent compliquées pour attraper quelques vagues de qualité. Egalement les spots sont relativement espacés les uns des autres et la zone de surf est assez étendue, il faut parfois faire plusieurs stops en scooter pour trouver le graal, les spots étant assez capricieux aux directions de houle comme partout en Indonésie. C’est le prix à payer pour avoir sa session de rêve avec 5 personnes à l’eau.

Pour plus d’informations sur les spots de Sumatra, je vous conseil de consulter la page de Magicseaweed.

PS : Pleins de secret spots sont situés à Sumatra si vous vous donnez la peine de chercher un peu ou d’échanger avec les locaux. Il n’est pas rare de se retrouver seul à l’eau dans ces cas là
etienne the peak
Un grand merci à mon ami Etienne pour le récit de son surf trip à Sumatra, le prochain c’est ensemble :)
Facebooktwittergoogle_plusredditmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *