Puertecillo la gauche qui monte au Chili

Facebooktwittergoogle_plusredditmail

Avec sa longue côte orientée sur le Pacifique et ses nombreuses pointes, le Chili est un paradis pour les surfeurs et encore plus pour les goofys. Pichilemu, avec notamment le spot de Punta de Lobos, est classée réserve mondiale de surf et en ayant passé quelque temps là-bas j’ai vite compris pourquoi.

Mais mon surf trip au Chili a commencé sur un spot moins connu à Puertecillo.

1

  • Le trajet vers Puertecillo :

La ville ou plutôt le village est à 3 heures (180 Km) de Santiago en voiture avec la dernière heure au milieu de la forêt sur un chemin de terre. Malgré tout il y a des indications jusqu’à destination.

Conseil :

  • Ça passe avec la plupart des voitures mais si vous avez le choix, préférez un 4×4.
  • Suivre les panneaux plutôt que le GPS google, il m’a bien planté au milieu de rien…

Je ne crois pas qu’il y ait des transports en commun. Si toutefois, tu as des infos sur ça, je suis preneur 😉

2
La Swift en bleu, c’est ma voiture, apparemment je ne suis pas trop au standard chilien 🙂

La dernière portion du chemin est en hauteur et donne une superbe vue sur le spot :

3

  • Le spot de surf de Puertecillo:

La vague de Puertecillo est une longue gauche qui s’enroule autour d’une pointe et qui longe une plage de sable noir. Longue comme 300 à 500 mètres de ride, attention ça pique dans les jambes !

5

Il y a plusieurs sections qui permettent de répartir les surfeurs.

Pour les plus débutants il y a des vagues cassantes sur du sable, à surfer dans la baie.

La pointe de Puertecillo marche mieux à mi-marée descendante surtout pour chopper des vagues creuses mais le spot est surfable à toutes les marées.

Est/sud-est est le vent le plus favorable et le spot prend un peu moins bien la houle que les autres spots de la côte. Il faut une houle assez consistante pour commencer à voir apparaître les belles lignes.

Pour la mise à l’eau, il y a deux écoles.

  • Passer par la plage et remonter jusqu’au pic, tu as moins de chance de te prendre des grosses séries sur la tête mais c’est long et physique.
  • Passer par les cailloux, plus court et moins physique mais attention au timing pour ne pas se retrouver en difficulté.

6

Une école de surf avec une rampe de skate et un bar sont posés sur la plage, l’endroit est vraiment bien callé pour chiller.

7

Si les conditions sont réunies, ce spot est juste magique, je dirais même Indonésien !

8

A savoir :

Du fait de l’écart de température entre l’océan et l’air, les matins sont souvent nuageux. Un mal pour un bien car du coup les vagues sont glassys.

9

  • Le village de Puertecillo :

Le village se situe à 5 minutes en voiture du spot. Il y a une rue principale face à l’océan. J’y étais au mois de mars ce qui correspond à l’automne et à la fin de la saison au Chili. Tous les restaurants étaient fermés et il n’y a pas vraiment de supermarché. En revanche pas mal de « Cabanas » hostel et un camping pour se loger.

Avant de venir à Puertecillo, il faut anticiper car il n’y ni banque ni station-service.

Mon conseil : Viens avec le plein d’essence, apporte tout le matos de surf, fais des courses avant de venir et prend du cash.

10
Le cactus est partout au Chili

Bonus :

Si tu as une âme d’aventurier, il y a la pointe de Topocalma un peu plus au sud mais uniquement accessible par 4×4 ou après une longue marche.

Ne pas s’y rendre seul, le spot est complètement isolé et de gros phoques étaient sur la plage.

11

En conclusion et pour résumer, j’ai fait 9 sessions en 5 jours alors profitez-en car un nouveau chemin a été construit il y a 3 ans pour faciliter l’accès au spot et les travaux continuent d’où l’explosion du nombre de surfeurs.

Tu peux retrouver tous mes conseils et astuces pour préparer ton prochain surf trip dans mon guide, clique ICI pour en savoir plus.

Libro Fabien 12072016 cover

Facebooktwittergoogle_plusredditmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *