#12 TDMS : Pérou, les vagues les plus longues du monde

Facebooktwittergoogle_plusredditmail

Huanchaco, aux origines du surf.

Arrivé dans la matinée à Lima, la capitale du Pérou, je prends un bus pour Huanchaco avec la compagnie Cruz del Sur, ce n’est pas le moins cher mais j’ai trouvé le confort et le service au top.
Huanchaco est à 600 km au nord de Lima mais entre l’avion, les taxis et le bus, il m’aura fallu 26 heures depuis Mexico.
C’est peut être ici que les premiers hommes ont fait du surf. Et oui, les pêcheurs utilisent de petites barques de roseaux appelées « caballitos de totora » depuis l’an 2400 avant JC.

BOAT

Niveau vague, le spot est l’un des plus consistants de la région, en gros si c’est petit ailleurs c’est à Huanchaco qu’il faut surfer.

Le Pérou est le pays des gauches et donc le paradis des goofys, Huanchaco ne fait pas exception.

C’est une petite ville balnéaire avec des restos et des bars. La spécialité culinaire est le ceviche c’est un plat préparé à base de poisson cru mariné dans du jus de citron, de l’ail et de la coriandre. Ce poisson « cuit » dans le jus de citron est ensuite servi accompagné de patates douces, de manioc, de maïs, le tout sur une feuille de salade. (Merci Wikipédia pour cette belle description)

Un régal après la session !

Lobitos, la ville morte.

Lobitos est un village au nord du Pérou à quelques kilomètres de l’Equateur. J’ai fait le trajet avec deux surfeurs français rencontrés à Huanchaco. Bon, autant vous dire qu’en transport public, l’accès n’est pas facile, mieux vaut avoir du temps. Nous avons terminé le trajet en collectivo, un minibus avec les amortisseurs plus que fatigués, mon dos s’en souvient encore.

LOBITOS

L’ambiance est assez particulière, il n’y a personne, les maisons sont en ruines, la ville semble morte,  il y a une zone militaire, des plates formes pétrolières au large. Il y fait chaud et sec.

En revanche, niveau surf il y a de quoi faire avec plusieurs spots très proches, quasiment que des gauches et plutôt en mode tube !!

lobitos-surfspots
©surfinglobitos.wordpress.com

Lorsque nous y étions il y avait peu de monde à l’eau.
La température de l’eau est 4-5 °C plus haute que dans le sud et ça fait plaisir.

Plus de détails sur les spots de Lobitos ici

PISCINAS

Chicama, la vague la plus longue du monde (il paraît)

Depuis mon arrivée au Pérou, je check les conditions pour ne pas louper une bonne session sur LA vague du Pérou, CHICAMA. J’ai toujours entendu dire que c’est la plus longue vague du monde, je ne pouvais pas repartir du Pérou sans l’avoir surfer.
J’ai pris une chambre à El hombre, l’auberge est face au spot, la vue est imprenable.

PLAYA MALABRIGO

Ce que je ne savais pas, c’est que la vague visible de ma chambre n’est en fait qu’une petite partie du spot, c’est assez dingue.
Première session, je suis quelques surfeurs sur la plage pour rejoindre le pic à pied. Surfer à Chicama, c’est un peu une randonnée, la vague est tellement longue.
Je me jette à l’eau et là je me rends compte qu’il y a un sacré courant, il est super difficile de rester sur le même pic. D’ailleurs il est possible de payer des bateaux pour remonter au pic (ce n’est pas trop mon truc mais à vous de voir).
Selon les endroits, la vague est plus au moins creuse, il est même possible de se mettre des petits barrels. Mais d’une manière générale, je l’ai trouvée plutôt molle, je pense qu’en longboard ça peut être une tuerie.

Je pense avoir surfé la plus longe vague de ma vie à Chicama :)

CHICAMA
Sur la photo, le début de la vague n’est pas visible, elle est vraiment longue mais les sections ne connectent pas toutes.

Huaraz, au milieu de la cordillère des Andes.

Lors de mon trip, j’ai eu une semaine de flat, ce qui m’a permis de faire un petit break au milieu des montagnes et pas n’importe laquelle : la cordillère des Andes.
Huaraz est perchée à plus de 3000 mètres d’altitude, et dès mon arrivée, le sentiment de manquer d’air se fait ressentir.

Après une bonne nuit de sommeil, je pars pour ma première randonnée au LAC 69 à 4600 mètres d’altitude. J’en ai bavé…. Mais cela valait le coup.

LAC 69

Seconde randonnée au glacier Pastoruri à 5300 m, toujours plus, presque le toit du monde.
Le moindre pas devient un effort surhumain à cette altitude mais là encore, le spectacle est au rendez-vous.

GLACIER

Ce que j’ai pensé de mon surftrip au Pérou :

Le pays est truffé de bonnes vagues (surtout des gauches) et les meilleurs vagues ne sont pas forcément les plus connues. Moi je dis ça…

Les spots de surf ne sont pas situés sur les endroits les plus attractifs en terme de visite mais ce que j’ai pu voir en montagne m’a vraiment scotché, c’est à faire !

PAINT

Prochaine étape de mon tour du monde des plus beaux spots de surf : il est temps de travailler mon backside avec les droites du SALVADOR.

Commandez la carte du monde des spots de surf:

Facebooktwittergoogle_plusredditmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *