Surf trip sur l’île de Pâques

Facebooktwittergoogle_plusredditmail

Après un stop d’une journée à Santiago du Chili où j’ai pu récupérer une planche de surf pour le trip, nous retournons à l’aéroport international Arturo Merino Benítez pour nous envoler vers la belle et mystérieuse île de Pâques.
L’Île de Pâques se situe approximativement à mi-chemin entre le Chili et Tahiti, c’est l’un des endroits les plus isolés du monde. Ses habitants la nomment aussi Rapa Nui.
Le vol dure un peu plus de 5 heures, il est opéré par LAN airline.
Pour les surfeurs LAN c’est le bon plan car les planches de surf ne sont pas taxées.

Conseils :
– Emmener plusieurs planches de surf dont une pour shooter des grosses vagues.
– Emmener des chaussons pour le reef.

Nous atterrissons dans la nuit et dès notre arrivée nous sommes accueillis par Benjamin qui nous couvre de collier de fleurs et nous dit « ALOHA ».

Aloha signifie en hawaïen affection, amour, compassion, pitié, au revoir, bonjour, ainsi que multiples autres sentiments et nuances apparentés. Ce mot de bienvenue est particulièrement en usage à Hawaii comme salutations signifiant aussi bien bonjour qu’au revoir.

Et oui, l’île de Pâques est bien une île polynésienne!
Benjamin nous conduit jusqu’à notre logement, la journée a été longue, nous sommes exténués. Nous logeons dans une chambre proche du centre de Hanga Roa, nous profitons de cette première journée pour visiter la ville et repérer les spots de surf. Hanga Roa est la ville principale de l’île (voire même l’unique ville). Vous pouvez y trouver plusieurs spots de surf, ce sont à peu près les seuls spots où vous croiserez des surfeurs à l’eau.

tube

Les spots de surf de Hanga Roa du Nord au Sud :

Les spots de Tahai et Toroko sont des reefs breaks assez inconsistants. Cependant Toroko marche plus souvent avec des courtes droites et des longues gauches.
Tahai a besoin d’un gros swell de Nord-ouest pour fonctionner, si c’est le cas la vague vaut le détour.
Les deux spots de surf suivant sur la côte sont plus consistants et se surfent fréquemment.
Face à l’entrée des pêcheurs, Motu Hava offre des rides sympas autant sur sa gauche que sur sa droite, attention aux rochers à la fin.
Le spot de Papas marche tout le temps même lorsque le vent est onshore. Il y a une gauche et une droite idéales pour les longboarders.
Plus au Sud, un peu à l’extérieur de la ville, Mata Veri est la plus longue vague de l’île. Le take off est facile sur vague rapide et tubulaire qui casse sur deux sections. La mise à l’eau et la sortie demandent un bon timing.

Lors de cette première visite à pied, nous repérons les différents spots et quelques vagues déroulent bien mais je pense qu’il y a un bon 3m et personne à l’eau. Cette première sortie c’est aussi l’occasion de voir nos premiers Moais, en fait ces statues sont un peu partout sur l’île, certaines sont vraiment impressionnantes.
Le soir nous bénéficions de notre premier coucher de soleil sur le site de Ahu Tahai, une série de plusieurs moais sont les uns à côté des autres et, entre la lumière, les jeux d’ombres, les moais et l’océan, le site est magnifique. Et cerise sur le gâteau, j’aperçois quelques surfeurs à l’eau, le spectacle est à son apogée.

moais fab
Le lendemain le vent est onshore et le swell encore bien gros, c’est l’occasion de faire une petite excursion à Orongo et voir le volcan Rano Kau. Si vous avez du temps et que vous aimez marcher, le site est accessible à pied de Hanga Roa. Vous pourrez avoir une très belle vue sur les falaises et une vue panoramique sur le cratère du volcan. Au sommet du volcan, des pétroglyphes (dessins symboliques gravés sur de la pierre) sont également visibles.
Sur le retour, nous passons devant les spots de Hanga Roa, les vagues sont plus petites et accessibles. Le temps de mettre ma combinaison, j’observe où est la mise à l’eau et en deux minutes me voilà à l’eau en train de surfer les vagues de Rapa Nui. J’avais emmené une 3/2 car nous sommes fin juillet et ici c’est l’hiver mais finalement l’eau est très bonne, certains surfent même en short.
D’après mon guide, la température de l’eau varie de 20°C en juillet à 24°C en janvier.
L’ambiance à l’eau est vraiment détendue, tout le monde à l’air de se connaître et mon françespagnol en fait rigoler plus d’un.
Le jour suivant nous décidons d’explorer un peu plus l’île et nous louons un quad pour trois jours. Avant, je n’avais jamais conduit de quad et j’avoue que je me suis bien amusé. L’engin est bien adapté pour visiter l’île car pas très grande et avec beaucoup de petits chemins. Mais le temps est aussi assez changeant du coup il faut prévoir le kaway. Pour plus d’informations sur l’île de Pâques et le Chili vous pour pouvez consulter Tourisme-chili.com

Petit aparté climat général :

Le climat de l’île est de type subtropical maritime. La température minimale est de 18°C en juillet et août (hiver austral) et le maximum est de 28°C en février. Il tombe 1 138 mm de pluie annuellement et avril est le mois le plus pluvieux mais les jours de pluie sont assez bien répartis tout au long de l’année.

Petit aparté climat pour le surf :

La plupart des swells viennent de Sud-est, Sud et Sud-ouest en hiver (Avril – Septembre) et de Ouest Nord-ouest en été (Octobre-Mars). Les jours de flat ne sont vraiment pas fréquents car les rochers font lever la moindre ondulation de l’océan. La taille des vagues est généralement de 1,5m (printemps et été) à 4 m durant l’hiver. Les vagues de l’île de Pâques sont puissantes et cassent toutes sur des reefs de lave.
Le vent dominant est Sud-est (printemps et été) et Nord-ouest (automne et hiver). Les deux types d’orientation du vent sont offshore selon la côte Ouest ou Sud-ouest. Le pire des cas c’est lorsque le vent vient du Sud car il donne des vagues onshore sur les deux côtés de l’île. Une session « Glassy » pour un local signifie 1 ou 2 nœuds. Les marées sont peu influentes sur les spots de surf et ne posent pas de problème.

roller

Et c’est parti pour l’exploration de la côte Sud-ouest de l’île de Pâques.

Sorti de Hanga Roa, l’île de Pâques devient très nature avec aucune habitation. Niveau surf c’est la déception car malgré un vent offshore bien établi et des spots qui ont l’air bien cools, la houle est trop petite et aucun des spots de la côte Sud-ouest ne fonctionnent.
En revanche, niveau visite, on en prend plein les yeux avec les sites de Rano Raraku et Ahu Tongariki.

Rano Raraku :

C’est probablement l’endroit que j’ai préféré sur l’île de Pâques, des dizaines de moais sont éparpillés le long du cratère du volcan. C’est aussi d’ici que les moais ont été extraits.
Conseil : lorsque vous arrivez, prenez le chemin à gauche, il mène au cratère du volcan, le spot est parfait pour un pique-nique tranquille avec les moais.

Ahu Tongariki :

Visible de la carrière de Rano Raraku, c’est sûrement le lieu le plus pris en photo. En effet, une série de quinze moais apparaît et dont le plus gros de tous est celui qui tourne le dos à l’océan. C’est vraiment extraordinaire, et en voyant tout cela, une question se pose : mais comment on t’il fait ?
Derrière les statues, il y a un spot de surf qui se nomme Hanga Nui, facilement accessible par le petit port.

Quelques infos sur les spots de surf du Sud :

Le spot Huavera est une gauche courte et intense qui tube, le take off est radical.
Le spot de Pakaia est une autre vague courte, intense qui casse sur un reef de lave, elle peut ressembler à Pipeline quand c’est parfait.
Le spot de Viri inga o tuki est juste derrière l’usine de pétrole, la vague est moins critique et adaptée au longboard.

mise a l'eau

Les jours passent et les sessions de surf s’enchaînent à Hanga Roa. Le trip arrive à sa fin et nous ne sommes toujours pas allés visiter la côte Nord. Allez, un coup de quad et nous voici à Anakena, l’endroit a des airs paradisiaques avec une plage de sable rose, des palmiers et des moais, bien sûr.
Sur une grosse houle de Nord-ouest, le spot de Anakena peut marcher.

A faire avant de repartir :
Ne repartez pas de l’île de Pâques, sans avoir goûté à la spécialité locale l’empanada aux thons. C’est un chausson cuit au four ou frit, farci de viande, de poisson, d’œuf, de pomme de terre ou d’autres ingrédients, selon les coutumes de chaque région.

Bilan du trip:

Nous avons passé 5 jours sur l’île de Pâques et nous avons trouvé cela trop court tellement Rapa Nui est agréable et relaxante. L’île est un musée à ciel ouvert et de nombreuses activités sont à faire comme la randonnée, la plongée ou le cheval.
Concernant le surf, le potentiel est énorme avec ces spots répartis sur les deux côtes, la houle qui rentre toute l’année et le faible nombre de surfeurs locaux. Mais attention même si les débutants pourront faire du surf à Hanga Roa, certains spots (surtout sur la côte Sud-ouest) sont réservés à des surfeurs expérimentés.

Facebooktwittergoogle_plusredditmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *