Jours Barbares, LE roman surf du moment!

Facebooktwittergoogle_plusredditmail

Cela fait des jours que j’en entends parler !  Ça y’est il est enfin arrivé à la maison, le roman surf de William Finnegan nommé « JOURS BARBARES ».

Si vous l’avez lu, j’aimerais avoir votre opinion dans les commentaires. Qu’en avez-vous pensé?

De mon côté je vous en dis en peu plus après avoir fait le tour des 520 pages de ce bouquin, j’ai hâte :)

Le livre « JOURS BARBARES » est disponible en cliquant sur l’image ci-dessous:

  • Quatrième de couverture:

Le surf ressemble à Un sport, un passe-temps. Pour ses initiés, c’est bien plus : une addiction merveilleuse, une initiation exigeante, un art de vivre. Elevé en Californie et à Hawaï, William Finnegan a commencé le surf enfant. Après l’université, il a traqué les vagues aux quatre coins du monde, errant des îles Fidji à l’Indonésie, des plages bondées de Los Angeles aux déserts australiens, des townships de Johannesburg aux falaises de l’île de Madère. D’un gamin aventureux, passionné de littérature, il devint un écrivain, un reporter de guerre pour le New Yorker. À travers ses mémoires, il dépeint une vie à contre-courant, à la recherche d’une autre voie, au-delà des canons de la réussite, de l’argent et du carriérisme ; et avec une infinie pudeur se dessine le portrait d’un homme qui aura trouvé dans son rapport à l’océan une échappatoire au monde et une source constante d’émerveillement. Ode à l’enfance, à l’amitié et à la famille, Jours Barbares formule une éthique de vie, entre le paradis et l’enfer des vagues, où l’océan apparaît toujours comme un purgatoire. Un livre rare dont on ne ressort pas tout à fait indemne, entre Hell’s Angels de Hunter S. Thompson et Into The Wild de Jon Krakauer.

William Finnegan a acquis ses galons de journaliste lors de la guerre civile au Soudan, en Afrique du Sud pendant l’Apartheid, dans les Balkans ou à Mogadiscio. Ses reportages sur les théâtres d’opérations sont le fruit de longues immersions et de patientes observations, ou, comme il aime à le résumer : « Je fouine, je parle aux gens, j’attends.’ Il a reçu en 2016 pour Jours Barbares le prestigieux Prix Pulitzer.

Facebooktwittergoogle_plusredditmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *