Ethiopie, un voyage hors des sentiers battus

Facebooktwittergoogle_plusredditmail

Après mon tour du monde des plus beaux spots de surf, j’ai décidé de laisser ma planche à terre et de faire un voyage « différent », un peu hors des sentiers battus. L’Ethiopie n’était pourtant pas à l’époque sur ma bucket list mais une amie y faisant du volontariat m’a convaincu de visiter ce pays. Je peux le dire maintenant, avec le recul, je ne regrette pas du tout ce choix, bien au contraire, cela a été un voyage incroyable. Aventure, découverte, beauté des paysages, échanges culturels et dépaysement sont au programme.

city

Voici mon carnet de voyage de 3 semaines passées en Ethiopie.

Addis-Abbeba:

J’arrive à Addis-Abbeba dans la nuit, en début d’après-midi (vers 13h) je rejoins mon amie qui est déjà sur place depuis 2 mois. Nous prenons un café en ville, le lieu est blindé de monde, le café « expresso » est fort comme je l’aime ; bienvenue au pays du café.

A savoir : Lors de mon premier repas en Ethiopie et en tant que bon français, j’ai tenté le vin rouge local. Bon c’est assez spécial, en fait à vrai dire nous n’avons pu boire que seulement 2 gorgées chacun tellement il était acide. Je vous conseille plutôt la bière 😉

Baher Dar:

Départ pour Baher Dar en bus avec la compagnie SkyBus à 5h30 du matin, ça pique ! Ici pas d’aire d’autoroute, les arrêts pipi se font au milieu de rien, dans la nature, pas facile pour ces demoiselles.

  • Monastère Beta Maryam sur le Lac Tana sur la péninsule de Zege

L’accès au monastère se fait par bateau, la visite se fait sans chaussures. Plusieurs îles et monastères peuvent être visités sur le lac Tana.

temple

  • Chutes du Nil bleu

Un mini bus avec des poils au plafond (genre fourrure) en guise de déco, si si, je vous assure, nous amène voir les chutes du Nil, qui sont en fait 3 chutes les unes à côté des autres. Le débit d’eau semble énorme, on peut sentir la puissance des éléments, c’est impressionnant.

cascade

Gondar :

Notre prochain stop est la ville de Gondar appelée aussi « Camelot de l’Afrique », la ville est connue pour ses vestiges de châteaux royaux mais surtout, nous nous y arrêtons car c’est une bonne base pour accéder au Simien mountain.

  • Restaurant The four sisters

Depuis le début de ce trip en Ethiopie, je dois dire que mon rapport à la gastronomie locale a été assez difficile et que je n’ai pas vraiment trouvé de plats à mon goût. Mais le restaurant The four sisters m’a fait changer d’avis, l’accueil, l’ambiance et la nourriture y sont fantastiques.

Le restaurant n’est pas facile à trouver mais cela vaut le détour.

  • Parc national du Simien : classé à l’Unesco

Nous rejoignons la ville de Debark à l’entrée du parc national du Simien pour retrouver notre groupe et notre guide. Nous formons un groupe international et même plutôt européen car avec nous, il y a 2 Italiens, 2 Croates, 4 Espagnols et 1 Anglais.

Le parc des monts Simien abrite l’un des paysages les plus spectaculaires au monde, avec des pics, des vallées et des précipices atteignant jusqu’à 1 500 m de profondeur.

Après un court trajet en 4×4, nous commençons notre marche près du Simien Lodge (le bar le plus haut d’Afrique). Très vite nous croisons un groupe de babouins gelada, une espèce très rare. Ces singes sont très impressionnants de par leur taille, leur fourrure et leur mâchoire.

singe-1

Ils sont en grand nombre et très proches de nous, le spectacle est dingue mais il faut rester prudent car ce sont des animaux sauvages qui peuvent avoir une attitude imprévisible.

singe

Nous poursuivons notre randonnée dans les Siemiens Mountain, le long des falaises mais malheureusement nous sommes dans le brouillard et il est impossible d’avoir une vue sur le panorama. Le prochain stop est prévu à la cascade de Jinbar mais la route est bloquée à cause d’un éboulement de rochers. Le retour fût long et périlleux sous une pluie battante d’autant que les essuie-glaces du véhicule étaient HS, l’aventure quoi 😉

Un trajet plein de péripéties.

Voyager en Ethiopie ce n’est pas toujours simple et il faut parfois s’armer de patience. Voici un exemple avec notre périple entre Gondar et Mekele (542km et 10 heures d’après Google).

Levés 4h00 du matin pour prendre le bus à 5h00. Le bus est plein, c’est la cohue pour avoir une place, certains ne pourront pas monter, finalement le bus partira à 6h00. Mais après 2 minutes de trajet il se fait arrêter par la police qui vérifie qu’il n’y a pas trop de monde à l’intérieur. Au final, la police aura arrêté le bus 7 fois… Nous n’avons pas trop compris pourquoi mais en plus, certains passagers en voulaient au chauffeur. Le bus a dû là aussi s’arrêter pendant une petite heure dans un village où le différent s’est réglé devant un homme qui s’apparentait au shérif du village.

Nous enchaînons le périple avec deux mini bus, le premier jusqu’à Gashena puis le second jusqu’à Weldiya. Cette fois-ci pas d’arrêt imprévu mais sachez que les mini bus ne partent qu’une fois complet, du coup difficile de planifier le temps de trajet à l’avance.

car
La lessive, un produit efficace pour nettoyer le pare brise, ou pas…

A Weldiya, nous devions prendre un dernier bus mais nous arrivons trop tard car le dernier est déjà parti. Après 2 heures de recherches et de négociations, nous faisons le trajet dans un poids lourd. Le confort est top et notre chauffeur très agréable. Nous sommes en pleine nuit et faisons la pause café au milieu d’un village entre les locaux et les moutons, super moment très convivial malgré la fatigue qui commence à montrer le bout de son nez.

Nous arrivons à Mekele à 1h30 du matin, et prenons un dernier transport, un Tuk-tuk, pour rejoindre notre hôtel. Mais nous crevons sur le chemin, décidément on ne va jamais arriver… Le chauffeur nous demande de rester dans le Tuk tuk, 2 jeunes soulèvent le tricycle et changent la roue en moins de 5 minutes, ils m’ont impressionné, à croire qu’ils font cela tous les jours.

Nous arriverons après un voyage de 22 heures, fatigués mais heureux…

Bref, ce fut un trajet long et intense où il a fallu faire preuve de calme et de compréhension. Mais c’est aussi ce genre d’expérience que l’on recherche lorsque l’on voyage hors des sentiers battus.

Désert de Danakil:

Notre trip en Ethiopie se conclura en beauté par 4 jours dans le désert de Danakil avec l’agence Ethio Travel and Tours.  C’est l’une des zones les plus chaudes, les plus arides et les plus stériles du globe.

Nous partons avec plusieurs 4×4 dans le désert, la température extérieure est de 47°C.

temperature

Notre première visite est un lac salé nommé Lac Karoum. Les éthiopiens en extraient le sel pour le revendre. Le sol est recouvert d’une épaisse pellicule blanche, on a l’impression d’être à la neige mais en mode « il fait chaud ».

lac

Nous assistons au coucher de soleil sur ce paysage qui paraît si pur et passerons la nuit à la belle étoile.

  • Dallol

Levés à 5h30 du matin par le soleil et départ pour la visite du site de Dallol.

Le site se trouve à -140 mètres au-dessous du niveau de la mer. Le paysage est juste à couper le souffle, je n’ai jamais vu cela de ma vie.

desert-2

Les couleurs jaune, blanche, verte ou rouge, dues à la forte présence de souffre, d’oxyde de fer et de sel paraissent irréelles.

danakil-2

Cela donne l’impression de ne pas être vraiment sur terre tellement le paysage est différent de ce que l’on peut connaître.

danakil-1

Conseil : emportez un masque pour éviter de trop subir l’évaporation.

danakil

Sur la route, nous croisons des dromadaires en liberté et nous passons la nuit suivante dans un petit village. Bon repas entre amis, partie de billard et bières fraîches, le paradis :-)

  • Volcan Erta Ale

Dernière expédition du trip en Ethiopie et pas des moindres. Nous faisons 6 heures de 4×4 en mode 4×4, j’en ai eu des courbatures tellement il fallait se cramponner, haha. Nous récupérons notre garde rapprochée de 12 militaires au style uniques, en sandales !

Le volcan étant proche de la frontière de l’Erythrée, la zone n’est pas complètement « safe » il faut donc être accompagné par les militaires.

Nous arrivons au camp vers 17h00, pause dîner à la frontale puis chargement des matelas sur les chameaux avant de partir pour 3 heures de randonnée de nuit. Les pauses sont dictées par les chameaux qui ne sont apparemment pas très motivés.

Lorsque nous arrivons au volcan, c’est ouf ! Un lac de lave s’offre à nous.

volcan-1

Nous en sommes vraiment très proche, il fait chaud même très chaud mais le vent permet de rester juste devant le cratère. Des mini explosions de lave se produisent, ici il n’y pas de consignes de sécurité, à nous de faire attention de ne pas être imprudents.

Etes-vous déjà allés sur la lune ? Moi oui…

volcan

L’Ethiopie est vraiment un beau pays avec beaucoup de choses à voir que ce soit dans le domaine culturel ou en naturel.  Peu de monde s’y rend pourtant nous avons rencontré des gens extraordinaires toujours prêt à vous aider. Habitué au surf trip, ce fût un voyage différent pour moi mais une expérience inoubliable.

Si vous êtes curieux et aventurier, l’Ethiopie est faite pour vous.

La carte du monde à gratter, tu connais?

Facebooktwittergoogle_plusredditmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *